La FAQ de l’effondrement

Cachez vous
EffondrementCommenter sur La FAQ de l’effondrement

La FAQ de l’effondrement

Peut on empêcher l’effondrement ?

La notion d’effondrement reste une théorie. Cependant, il s’agit de traiter cette théorie avec sérieux car de nombreux constats scientifiques tendent vers une très forte probabilité d’atteindre ce scénario dans les décennies à venir, en raison de facteurs multiples et cumulatifs. Une analogie parlante est qu’il est maintenant scientifiquement certain qu’une zone actuellement 30 cm au dessus du niveau de la mer sur le littoral sera submergée avant 2100 ¹ , il reste difficile de dire quand surviendra la submersion définitive, et combien d’inondations préalables auront eu lieu entre temps. Si l’on rentrait soudainement dans le scénario le plus optimiste de réduction du CO2, le niveau des mers continuerait quand même de monter pendant des siècles quoi qu’il arrive. Mais ce n’est évidemment pas pareil que le niveau de la mer monte d’un mètre en 50 ans ou d’un mètre en 300 ans, l’adaptation nécessaire s’en retrouve complètement transformée. 

De la même façon qu’on peut seulement  ralentir ou amortir certains effets du réchauffement climatique, l’effondrement de tout ou partie de la civilisation thermo-industrielle, globalement ou localement semblent désormais inéluctables. Il devient alors urgent d’agir pour en amortir ses effets : c’est là qu’entre la notion de “résilience”. 

¹ https://www.nasa.gov/feature/goddard/2018/new-study-finds-sea-level-rise-accelerating « If the rate of ocean rise continues to change at this pace, sea level will rise 26 inches (65 centimeters) by 2100 « 

Si l’effondrement est inévitable, à quoi ça sert d’agir ?

La réponse à cette question est en fait assez simple. Préférez vous vivre dans un monde où il fait +2°C en moyenne, ou +8°C en moyenne, où il y a des pénuries de nourritures ou plus de nourriture du tout. Quelques dizaines de millions de réfugiés climatiques ou des centaines de millions de réfugiés climatiques ? C’est directement la vie et sa qualité au travers d’événements difficiles qui se pose. 

C’est pour quand, l’effondrement ?

2020, 2030, 2050, 2100, certains estiment même qu’il a déjà commencé. Bref chacun y va de sa petite prédiction. Dans tous les cas, il ne faut pas perdre de vue que personne n’a la réponse, aussi pertinent soit l’analyse générale de la situation de celui qui la propose. Trop de facteurs imprévus entrent en jeu. Il y aura peut-être plein de petits effondrements ou bien une grosse crise mondiale. Des événements historiques peuvent complètement modifier la donne : une guerre mondiale, un hiver volcanique, une éruption solaire … etc.

L’effondrement n’est pas la date d’une catastrophe  que l’on attend, c’est principalement une constatation. Elle est basée sur des faits scientifiques, qui mènent à la conclusion suivante : le système actuel et les modes de vie qui y sont associés ne peuvent perdurer. On peut le voir d’un point de vue de la civilisation, c’est à dire le déclin rapide et non organisé de notre société

Il s’agit donc d’un appel à s’y préparer. Pour mieux comprendre, on peut faire une autre analogie parlante : si en 1938 vous disposiez de tous les indicateurs et aviez la certitude qu’une guerre mondiale se préparait, qu’auriez vous fait ?

Photo par Connor Danylenko de Pexels

Comment faire face à cet enchaînement de mauvaises nouvelles ?

Les désastres écologiques comme l’annonce d’un effondrement systémique peuvent mener à un état de détresse émotionnelle et psychologique considérable chez un certain nombre de personnes. Il s’agit d’un “mal” qui commence à être assez répandu, à tel point qu’on lui a même donné un nom : l’éco-anxiété. Elle est aussi parfois appelée dépression verte ou encore « solastalgie ». 

La découverte de la notion d’effondrement peut bouleverser le “sens” qu’une personne donne à sa vie, et efface notamment un certain nombre de ses “futurs possibles”. 

Les réactions face à la question de l’effondrement peuvent être extrêmement variées (déni, business as usual, dépression, etc.). Chez les personnes particulièrement touchées par la question de l’effondrement, on peut toutefois reconnaître un ensemble d’étapes émotionnelles courantes, proches de celles désignées dans la courbe du deuil d’Elisabeth Kübler-Roos : le déni, la colère et la peur, la négociation, la tristesse et l’acceptation. 

Ce qui amène à la question suivante :

Comment faire face émotionnellement à l’effondrement ?

Mais que faire pour surmonter les dégâts psychiques que peut causer une telle annonce ? Chaque personne aura sa propre réponse. Cependant, le conseil le plus couramment donné est de saisir l’occasion de vivre pleinement, par exemple :

  • en revenant à un mode de vie plus simple, plus tourné vers l’essentiel,
  • en tissant un réseau de gens partageant les mêmes valeurs afin de s’entraider,
  • en partageant ses sentiments avec des gens ayant déjà traversé ces émotions : vous pouvez aller rencontrer des gens (cafés collapse ou autres), parler, tisser des liens pour pouvoir échanger. 
  • en se rapprochant de ses amis, de sa famille, pour trouver du soutien (quand cela est possible).

Enfin s’intéresser à l’effondrement, c’est aussi s’intéresser et se réapproprier pleins de sujets qu’on avait délaissé collectivement et individuellement (action politique et sociale, savoirs faire manuels, philosophiques, spirituels, … etc).

Parler de courbe de deuil pour la notion d’effondrement peut paraître outrancier dans un monde où de nombreux être humains vivent déjà des crises profondes, c’est évidemment un luxe occidental que de pouvoir traiter l’effondrement mentalement à l’avance à l’abri dans son confort éventuel et relatif. C’est pourtant bien un choc profond car c’est la remise en cause de la façon dont on a vécu jusqu’ici, des choix qu’on a fait et l’abandon de futurs imaginés. Il faut donc être bienveillant avec soi-même et prendre le temps de digérer ce nouveau paradigme, et accepter d’être secoué par ses implications.

Il faut également rester raisonnable dans son analyse des conséquences, on lit parfois des témoignages qui disent “j’ai fais le deuil de voir ma fille se marier”, “mes enfants de faire X ou Y,” “mes projets de faire tel métier disparaître”. Rien n’est écrit, ni que ses enfants ne pourront pas exister dans un monde effondré, et avoir des vies riches et intéressantes, ni que des rebondissements historiques n’offriront pas le répit nécessaire à la réalisation de rêves ou projets qui vous tiennent à coeur. Il faut plutôt voir l’effondrement comme une invitation à repenser sa vie dans un contexte de destruction accéléré du vivant, ses projets et rêves sont ils alors encore souhaitables et désirables ? N’en font ils pas naître de nouveaux ?

Photo de Emre Kuzu par Pexels

Maintenant que je sais que l’effondrement arrive, j’ai le sentiment que ce que j’ai fait ou je fais ne sert à rien (étude, travail, projets personnels, etc…)

L’effondrement ne va pas arriver du jour au lendemain. Il peut être rapide mais vous avez encore le temps pour faire votre propre transition ou pour adapter votre mode de vie. 

Vos connaissances adaptées à notre société thermo-industrielle sont encore utiles pour aider votre transition financièrement, et vous pouvez aussi vous en servir pour aider les mouvements de la transition.

Dans tout ce que l’on fait, étudie, expérimente, tout ne sera pas toujours “utile” et “transposable” à tout autre domaine. Toutefois, de nombreuses compétences ou expériences de vie sont transposables, d’autant plus que l’on est curieux et disposé à changer de point de vue, d’évoluer, d’apprendre.

Dans tous les cas , nous sommes nombreux à nous dire que ce que nous faisons actuellement ne sert à rien (notamment au niveau professionnel). Mais c’est  justement le moment de réfléchir à ce que vous voudriez ou pourriez faire et de voir comment vous pouvez changer pour vous diriger vers une éventuelle nouvelle voie professionnelle. 

Quand on aime ce que l’on fait, mais qu’on a le sentiment que cela ne permet pas de préparer le futur, il est tout à fait possible de continuer à faire ce que l’on aime. On peut se renseigner et se former à côté de son activité principale pour pouvoir arrêter ses projets superficiels et avoir des bagages relativement solides pour aller de l’avant le moment venu. 

Comment agir face à l’effondrement (par quoi commencer) ?

L’effondrement, c’est aussi le rappel de notre propre mortalité, qu’on éloigne souvent comme quelque chose de lointain et d’abstrait. Ramener cette possibilité dans un horizon plus court, c’est donc une invitation à ne pas attendre et à se recentrer sur l’essentiel. Cela peut donc être source de nombreuses remises en questions qu’on avait choisi de laisser de côté “pour plus tard”.

C’est donc souvent, à condition de pouvoir supporter mentalement cette perspective un appel à l’action.

  • en s’engageant dans des initiatives locales, et en s’inspirant du mouvement des villes en transition (https://www.entransition.fr/)
  • en se formant aux compétences utiles à l’autonomie 
  • en militant (les endroits, causes, personnes à défendre ne manquent pas) 
  • en infléchissant son parcours de vie vers quelque chose de plus en cohérence avec ses envies, son éthique, la situation écologie, …

Quelle est la meilleure façon de se préparer ? / Comment être prêt le jour J ?

Le sujet de l’effondrement provoque fréquemment une anxiété de la préparation, on a l’impression qu’on ne sera jamais prêt ou qu’on ne sera pas assez autonome. Il est important d’abandonner l’idée de perfection, personne ne sera prêt à 100%, la majorité ne sera pas prête du tout, on est seulement plus ou moins résilient, l’histoire et le hasard auront toujours une influence plus importante que les meilleurs des préparatifs. 

La préparation a aussi une dimension individuelle qui dépend de la vie de chacun : se préparer c’est remettre en perspective et repenser tous les aspects de la vie quotidienne : qu’est-ce que je peux faire moi-même au lieu de l’acheter ? Qu’est-ce que je ne sais pas faire et que je veux apprendre ? Est-ce que j’emprunte à une banque si je pense qu’une crise financière va survenir prochainement ? Est-ce que j’ai un réseau de soutien à proximité (vie associative, réseau d’amis à proximité, relations de voisinage)…etc 

En s’interrogeant et en avançant progressivement la réflexion, on renforce son mental. Il y a peut-être aussi une dimension psychologique : se dire qu’on est pas des super-men ou women qui peuvent tout changer du jour au lendemain, que cela prend du temps et que c’est aussi le chemin qui nous prépare. Préparer son esprit au fait qu’il y aura forcément des imprévus, des impensés et développer sa capacité d’adaptation, se rassurer par le fait qu’on a des ressources pour aller vers l’inconnu. 

Un peu comme un voyage : quand on part dans un pays où l’on est jamais allé et où l’on s’habitue petit à petit à chaque nouveauté, puis on l’intègre et on avance pas à pas vers un mode de vie qu’on ne connaissait pas avant. Et cela nous connecte de plus en plus aux autres.

Quelle est le meilleur territoire pour s’installer? 

Avant de se poser la question de partir, pourquoi ne pas étudier sérieusement la possibilité de rester ? Il est vrai que certains secteurs ne sont pas favorables à l’autonomie (typiquement, l’Île-de-France), mais il est aussi souvent vrai que tout le monde n’a pas la liberté d’accéder à l’autonomie, où il veut et quand il veut. Le meilleur territoire pour soi est celui qui est accessible avec ses moyens.

De plus, partir peut être une solution trop radicale dans beaucoup de situations. Il y a plusieurs avantages à choisir de vivre dans une région qu’on connait déjà :

  • En creusant un peu, aucune région Française n’est vraiment plus sûre qu’une autre, certaines régions toutefois plus à risque dans les prévisions du changement climatique et/ou par leur densité de population.
  • Il est toujours plus bénéfique et on gagnera quelques années si on maîtrise déjà le “terroir”, si on connaît déjà la topographie de la région, le climat, la culture, etc.
  • Créer du réseau sera toujours plus rapide si on connaît déjà la région et ses habitants
  • Si on réfléchit à l’échelle de la France, la résilience devrait idéalement être atteinte partout pour qu’un maximum de gens soient en sécurité. Résilience partout, sécurité pour tous.

Si votre réflexion vous pousse vraiment à partir, il va falloir faire un choix : il sera fait sur des critères personnels. Ces critères sont le fruit d’une réflexion subjective (suivant ce qu’on cherche et ce qu’on craint). Il n’y a donc pas, dans l’absolu, de bons ou de mauvais choix. Si on choisi trop peu de critères, de  nombreux territoires seront éligibles et le choix ne sera pas aisé. A l’inverse, s’il y a trop de critères, il n’en restera aucun. 

Le plus simple consiste à prioriser les critères : qu’est-ce qui est le plus important pour vous (la zone d’exclusion nucléaire ? la montée des eaux ? le changement climatique ? etc.). Le résultat final ne donne pas forcément un seul territoire, il faudra alors affiner les critères ou les observations de terrain afin d’arrêter un choix. 

En fin de compte, gardez toujours à l’esprit qu’il faut choisir sa région pour y vivre et pour s’y sentir bien, pas parce que c’est une suite de meilleures statistiques. De plus prenez en compte pour les choix les plus radicaux (déménager à l’autre bout du monde) impliquent également de nombreux aspects précaires, vous serez peut être dans un endroit moins dangereux, mais vous serez probablement privé d’un potentiel réseau de soutien, vous vous exposez à une certaine précarité par la non maîtrise de ce nouvel environnement . Un endroit peu touché par le changement climatique peut très bien devenir un endroit invivable dans quelques dizaines d’années. Évidemment selon les situations personnelles, certains arguments sont réversibles (une personne seule sans famille et amis, sans carrière particulière vivant en banlieue sera probablement dans une meilleure position dans un pays accueillant où la nature a encore sa place). La situation est fortement différente pour une famille avec plusieurs enfants scolarisés, les besoins et priorités ne sont pas les mêmes. C’est avec tous ces éléments qu’il vous faudra prendre une décision personnelle, qui vous convient à vous et n’est pas déclinables automatiquement aux autres.

 Je n’ai pas de temps, pas de ressources ou je suis en ville : comment agir ?

Comme on ne sait pas exactement à quoi on se prépare, il est difficile d’être certain qu’un préparatif sera plus utile qu’un autre selon quelles crises surviendront (il peut y avoir une énorme crise alimentaire tandis que l’électricité continue à fonctionner). Deux types de préparations ne dépendent pas de votre lieu ou de vos ressources :

– la préparation psychologique: c’est le fait de digérer que votre mode de vie actuel ne pourra perdurer éternellement. Pour cela certains changements ne coûtent rien et sont en plus un moyen d’action, par exemple : arrêter de surconsommer, diminuer ou arrêter sa consommation de viande.

– le développement de compétences : il est possible de faire pousser un pied de tomate à peu prêt partout, même en appartement, même à petite échelle, c’est un moyen de déjà se poser des questions, apprendre, comprendre, faire des erreurs et surmonter des échecs basiques que vous éviterez le jour où vous pourrez vous y mettre sérieusement. 

– La préparation d’équipements : nous ne sommes jamais à l’abri de changements soudains. Pour éviter la panique, il est recommandé de préparer si possible un minimum d’équipement. Par exemple, un stock de nourriture pour au moins quelques semaines.

Même si on ne sait pas quelle forme prendra l’effondrement, nous sommes certain que notre mode de vie va être bousculé. Qu’il s’agisse d’une crise qui prend la forme d’une pénurie (alimentaire, énergétique, de la chaîne des secours, etc), d’intempéries ravageurs, de mouvements sociaux plus ou moins violents ou plusieurs choses à la fois, il est primordiale de repenser sa façon de vivre à plusieurs niveaux.

Notre façon d’être, d’agir.

Notre rapport à la nature dans un premier temps (respect et exploitation durable car raisonnée), notre rapport aux autres (renforcement du noyau dur de soutien familiale et/ou amical, tissage de liens de voisinage, respect et bienveillance envers autrui).
On peut par exemple tenter de réduire, voir de supprimer, notre dépendance aux énergies telles que le pétrole et l’électricité pour nos outils et nos loisirs. S’inscrire dans une démarche alimentaire en adéquation avec les saisons. Ou encore favoriser l’écoute et le soutien des personnes qui nous entourent.
Mais le plus important est d’apprendre à raisonner correctement, à voir une situation, à la comprendre, à l’analyser pour en tirer une réponse juste et efficace.

1. Nos compétences.

Savoir survivre au sens large du terme passe par savoir comment se nourrir, boire, se mettre au chaud et stabiliser son état de santé. (C’est assez long si on développe donc on verra si ça vous plait ou pas les gens).

2. La condition physique

Pas de secret, la condition physique permet de combler certaines lacunes techniques et ouvre des portes strictement basées sur les capacités physiques (port de charge, endurance, escalade, combat engagé, santé, etc).

3. Se questionner.

Il est important de définir les verrous que nous ne voulons pas voir s’ouvrir lorsque la situation n’est plus à la réflexion. A l’inverse il est important d’ouvrir ceux que l’on estime être nécessaires. On parle ici de réfléchir en amont à des questions d’ordre morale et éthique.
Dois-je aider tout le monde? Qui dois-je aider et ne pas aider? Pourquoi? Comment? dans quelles limites? Qu’est-ce qui est ou non acceptable?
Ce travail est très compliqué car il demande d’être honnête avec soi-même, de bien connaître ses capacités (ni trop à la hausse, ni trop à la baisse), et d’arriver à projeter une situation hypothétique la plus proche possible de la situation pouvant subvenir.

4. Se préparer :

  • Faire une réserve alimentaire (nourriture/eau) raisonnable (ni trop, ni trop peu).
  • S’équiper des bons outils sans tomber dans la consommation post-effondrement, la compensation de ses peur par l’achat et les fantasmes divers. Les bons outils sont ceux qui dans un premier temps nous maintiennent en vie, dans un second temps nous permette de ne pas se retrouver dans des situations dangereuses, et enfin qui nous préserve physiquement et mentalement. Le reste c’est que du plus.
  • S’entourer de gens de confiance et bienveillants. On avance toujours plus a plusieurs parce qu’on ne peut pas penser à tout en tout temps sans jamais faillir.

Cet article a été réalisé par la communauté « Résilience & Transition » sur une inspiration d’une FAQ d’un groupe Facebook « La Collapso Heureuse » (depuis supprimée). Nous en avons repris certaines thématiques et apporté nos propres vision et réponse.

J’en profite pour citer deux principes cités par ce groupe Facebook

1) Le principe de réalité, qui est de ne pas prendre ses rêves pour des réalités (mais qui n’empêche pas de rêver). On ne sait pas ce qu’il va se passer, et il faut l’accepter.  

2) Garder en mémoire que ce qui provoque de la joie doit rester le guide de nos actions et réflexion. Il ne s’agit pas de réagir en fonction de la peur de l’effondrement, mais de ne pas s’effondrer soi même dans l’effondrement 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de page