Comment j’ai arrêté de me laver les cheveux

Autonomie TransitionUn commentaire sur Comment j’ai arrêté de me laver les cheveux

Comment j’ai arrêté de me laver les cheveux

Disclaimer: La méthode décrite dans la première partie est un simple témoignage de mon propre parcourt. Elle ne pourra s’appliquer à tout le monde, chacun ayant un cuir chevelu différent, un type de cheveu différent, une tolérance aux cheveux un peu trop gras différente… J’ai pour ma part des cheveux plutôt secs, ce qui aidera pas mal pour la suite de l’histoire.
Vous trouverez dans la deuxième partie de l’article d’autres pistes qui pourront vous aider à faire votre propre chemin.


Cette folle épopée a démarré il y a plusieurs années quand j’ai arrêté d’aller au supermarché, découvrant soudain d’autres manières de consommer, plus éthiques, plus saines.
Ça fait maintenant huit mois que mes cheveux n’ont rien vu d’autre que mes doigts et un peigne. Et ça se passe plutôt pas mal entre nous ! Mon chat ne s’est toujours pas barré pour cause d’indisposition olfactive, et je n’ai toujours pas assez de matière grasse pour faire une plâtrée de beignets.

Un blob poilu

Pour en arriver là, j’ai passé pas mal de temps sur des sites Internet et des groupes de discussions, donnant chacun trois milliards de conseils qui m’ont plus embrouillé qu’autre chose, ne sachant pas vers quoi me diriger.
Ce que j’ai retenu de cette période: espacer les shampoings et faire des cures de sébum (c’est à dire ne pas se laver les cheveux pendant 1 mois de manière ponctuelle) pour que le cuir chevelu se rééquilibre.

J’ai donc espacé les shampoings, pour le plus grand bonheur de ma fainéantise, sans faire grand chose d’autre de particulier. J’avais un peu d’avance : je me lavais déjà les cheveux une seule fois par semaine (merci Maman !). Je suis donc passée à dix jours puis deux semaines, trois semaines, un mois, plusieurs fois un mois – parce que ça commençait à être psychologiquement et visuellement pas la panacée – , puis trois mois…

« Trois mois sans shampoing
Maman n’a rien remarqué »

J’étais à trois mois pour la seconde fois, alors que ça commençait à devenir comme d’habitude un peu graisseux, quand j’ai assisté à un atelier shampoing proposée par une biochimiste qui m’a apporté la pièce manquante: une réelle explication du fonctionnement du cuir chevelu, et la méthode pour étaler correctement le sébum sur les cheveux.

Ça fait maintenant cinq mois que j’utilise cette méthode, et c’est terriblement efficace. L’accumulation de graisse des trois premiers mois a rapidement disparu. Mes cheveux ne sont pas aussi rutilants qu’avec une couche de silicone de shampoing lambda, mais le résultat me satisfait amplement au vue de la méthode, et cela m’a même apporté quelques bienfaits en bonus.

Note: J’ai comme l’impression de faire du journalisme à sensation à base de recette miracle et suspense insoutenable. Ne fermez pas la page, ça arrive…

La méthode que j’utilise

Matin et soir :

  • Masser le cuir chevelu la tête en bas pour décoller le sébum
  • Peigner longuement pour faire descendre le sébum jusqu’à la pointe des cheveux et enlever la poussière
  • Nettoyer régulièrement le peigne à l’eau chaude et au savon

Je ne fais maintenant plus rien d’autre.

Les bienfaits que que ça m’a apporté:

  • J’ai de légère bouclettes et j’ai toujours galéré pour en faire quelque chose. Elles gardent maintenant leur forme sans problème.
  • J’avais facilement les cheveux trop secs, visuellement très rêche et pailleux. Plus de problème de ce côté là non plus.
  • Ils ne sont plus du tout emmêlés.
  • J’avais toujours une légère douleur / irritation sur le cuir chevelu. Avec les massages quotidien, elle a maintenant complètement disparu.
  • J’ai arrêté d’utiliser 500L d’eau par shampoing.

Cette méthode n’est peut être pas optimale si notre critère principale est la beauté de notre chevelure. Dans mon cas, le seul objectif était d’y passer le moins de temps possible avec le moins de matériel possible, sans qu’il y ait de mauvaise odeur et sans aspect gras. Cet objectif est pleinement réalisé.

Elle est donc pour moi la plus résiliente, c’est pourquoi j’ai voulu la mettre en avant en montrant que c’était possible. Elle ne conviendra cependant certainement pas à tout le monde, que ce soit parce que le type de cheveu ne s’y prêtera pas, ou bien juste parce que l’envie n’est pas là.

Il existe heureusement des intermédiaires.

Quelques pistes pour aider à la transition

Si vous souhaitez passer à une manière plus résiliente de vous laver les cheveux, même sans être aussi extrême que la technique que j’ai pu présenter plus haut, je vais essayer de retranscrire au mieux l’atelier très exhaustif dont j’ai déjà parlé plus haut afin de vous fournir quelques pistes.

Comprendre le fonctionnement du cuir chevelu

Le cheveu

  • Le cheveu est une matière inerte, c’est à dire qu’il ne contient pas de cellules.
  • Il est constitué de protéines nommées kératines. Ces protéines ont une forme de faisceau et sont enroulées entre elles pour former le cheveu, de la même façon qu’une corde.
  • Lorsque la « corde » de kératines s’effiloche, ça donne des fourches, qu’il n’est pas possible de réparer (gare aux produits « miracles »…).
PNG - 796.7 ko

Zoom d’une pointe d’un cheveu –
Je n’ai pas pu m’empêcher de prendre mon microscope pour voir l’étendue des dégâts ,
et effectivement c’est éloquent ! 🤓

 Le sébum

  • Les cheveux sont gainés (donc protégés, imperméabilisés…) grâce au sébum produit par des glandes au niveau du cuir chevelu.
  • Le sébum est un mélange de corps gras : les huiles et les cires.
    Les huiles sont liquides à température ambiante, les cires sont solides à température ambiante.
  • Le pH du sébum se situe entre 4 et 5 et est donc acide. Cela défavorise le développement de certains pathogènes.
  • Lorsque le cuir chevelu se sent agressé, il produit plus de sébum. C’est notamment le cas lors de l’application de décapants contenus dans les produits lavants courants.

Comprendre le fonctionnement du shampoing

Les shampoings traditionnels contiennent notamment :

  • Des perturbateurs endocriniens (Mais ce n’est pas le sujet de cet article)
  • Des détergents ou tensio-actifs
    • Ils permettent le mélange entre les graisses et l’eau.
    • Le décapage qu’ils causent est trop important par rapport au besoin de rééquilibrage du cuir chevelu.
    • Ils sont forcément présents lorsque le produit a la dénomination « shampoing », même dans les shampoings bio les plus éthiques.
    • Les plus irritants : sodium lauryl sulfate, sodium laureth sulfate
      ⚠️ Les fabricants utilisent parfois d’autres noms
  • Des silicones
    • Ils ont pour vocation de remplacer le sébum supprimé par les détergents.
    • Ils ne remplissent cependant pas du tout la même fonction :
      Ils sont asséchants, restent environ 1 mois sur le cheveux, et s’accumulent par conséquent à chaque lavage.
      ➡ C’est donc un cache misère qui fait illusion dans un premier temps, mais qui devient problématique à la longue.

Les alternatives aux shampoings

L’objectif est de rééquilibrer le cuir chevelu en faisant produire le moins de sébum possible en espaçant les shampoings et en arrêtant d’utiliser du détergent.

Prenez le temps de voir les effets d’une technique avant de passer à la suivante, les résultats ne sont pas forcément instantanés.

Les shampoings solides

Ils sont très variés, et de différentes qualités. Ils sont trouvables très facilement. Comme expliqué précédemment, ils contiennent cependant des détergents.

Le savon de Marseille ou le savon d’Alep

Ils peuvent être utiles ponctuellement pour éliminer le silicone des shampoings traditionnels, mais déconseillés pour un usage régulier car ils contiennent également des détergents.

Ils sont très alcalins, il faut donc rincer ensuite avec du vinaigre de cidre pour rééquilibrer le pH du cuir chevelu (3 CàS dans 1l d’eau)

Les poudres indiennes

Elles sont composées de plantes diverses (Neem, tulsi…) contenant de la saponine. Elles viennent cependant de loin et elles peuvent laisser des couleurs.

La pâte de farine de pois chiche

La farine de pois chiche contient de la saponine, d’où son effet nettoyant.
Par contre, elle assèche les cheveux. Il faut donc ajouter un hydratant (aloé vera ou gel de lin par exemple)

Pour l’utiliser, faire une pâte avec de l’eau (plus ou moins d’eau selon préférence), puis appliquer sur les cheveux.

⚠️ Ne pas l’utiliser en shampoing sec car la texture est trop épaisse. Elle a donc tendance à rester dans les cheveux.

La  farine de maïzena en shampoing sec

  • Se mettre une cuillère à soupe de farine sur la tête
  • Masser pour répartir la farine
  • Brosser

💡 Si tu es brun.e, tu peux ajouter un peu de cacao afin d’éviter un effet de blanchissement des cheveux.

Le bicarbonate de soude

A utiliser pour les cheveux très gras, et pas de façon régulière car il est très agressif. Il peut également être utilisé ponctuellement pour supprimer le silicone des shampoings traditionnels.

Il est très alcalin. Un rinçage au vinaigre de cidre est donc nécessaire ensuite pour rééquilibrer le pH du cuir chevelu (3 CàS dans 1l d’eau).

L’argile

Utiliser du rhassoul ou de argile blanche accompagné d’un hydratant (gel de lin ou aloé vera). L’argile verte est déconseillée car trop agressive

L’oeuf

Le jaune contient des lipides. Cela va provoquer une émulsion avec la graisse des cheveux.

⚠️ Rincer à l’eau froide et non à l’eau chaude pour éviter de se retrouver avec une omelette dans les cheveux

La compote de pomme ou le miel

Contrairement à ce qu’on lit souvent sur Internet, c’est plutôt une mauvaise idée, surtout pour des masques longs, car l’environnement sucré favorise la prolifération de bactéries.
Ils peuvent être utilisés pour des masques hydratants à pose courte, mais n’ont pas d’effet lavant avérés.

Les méthodes à l’huile de coude

Nous passons maintenant au nettoyage mécanique à base de peignage, brossage et massage !

Water only (eau uniquement)

Pour cette technique, une miriade de méthodes sont disponibles sur Internet, en voici une qui a prouvé son efficacité:

  1. Bien se peigner puis se brosser les cheveux
  2. Se masser le cuir chevelu avec la pulpe des doigts
  3. Aider le sébum à descendre avec les doigts mèche par mèche
  4. Mettre ses cheveux sous une eau assez chaude, bien masser, faire descendre le sébum.
Faire descendre le sébum avec les doigts

Voici un article en anglais qui détaille bien le processus

💡 Le résultat ne sera pas forcément optimal dès les premiers jours, le sébum se rééquilibrant en environ 3 jours.

💡 Cette technique est bien un lavage puisqu’elle vise à éliminer le sébum alors qu’on peut rincer les cheveux à l’eau fraiche quand on veut juste enlever le sel/ la sueur en été par exemple, ce qui ne devrait pas avoir d’effet sur le sébum en restant le plus superficiel possible.

⚠️ Une eau trop chaude va supprimer tout le sébum huileux pour laisser uniquement le sébum cireux, donnant un effet cireux peu désirable… Mais permettant des coiffures complexes sympathiques ! (on se console comme on peut 😋)

Sans rien du tout !

C’est la méthode dont je vous ai parlé au tout début : Elle consiste simplement en un massage du cuir chevelu, puis à un peignage pour faire descendre le sébum.

Il reste encore à se débarrasser du peigne pour arriver au summum du minimalisme et de la résilience, ou bien savoir en fabriquer un. Quelqu’un est chaud ?

One thought on “Comment j’ai arrêté de me laver les cheveux

  1. Bonjour,
    Je suis convaincue que votre méthode est la bonne; le corps est auto nettoyant dans bien des domaines.
    Si vous cherchez encore à simplifier votre démarche, vous pourriez utiliser… votre main en guise de peigne!
    La finesse du toucher évite toute casse capillaire et se laver les mains est certainement un réflexe déjà acquis.
    Bonne continuation!
    Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top